Les playmobil s'en vont en guerre

Les playmobil s'en vont en guerre

Chapitre 25 - Les chevau-légers lanciers

Tards venus dans l'armée impériale, les chevau-légers français avaient été créés le 18 juin 1811. Les premiers contacts avec les cosaques avaient montré à Napoléon que leur arme, la lance, manquait encore à son armée. Il avait alors levé en Pologne, trois régiments de lanciers et avait ensuite étendu cette innovation à l'armée française en adjoignant aux cuirassiers six régiments de chevau-légers lanciers, composés de soldats tirés de régiments de dragons.

 

La lance ainsi introduite dans la panoplie de la Grande Armée mesurait 2,75 m de long. La sabre de cavalerie légère, un pistolet et un mousqueton ajoutés à la lance constituaient une lourde et encombrante charge, pour le cavalier, qui ne manquait pas de se débarrasser soit de sa lance, soit de son mousqueton à la première occasion. L'uniforme était l'habit-veste vert foncé aux poches figurées par une patte à la Soubise. Collet, revers, parements possédaient des couleurs distinctes : écarlate pour le Ier régiment, aurore pour le deuxième, rose au troisième, cramoisi au quatrième, bleu ciel au cinquième et garance au sixième. le casque de dragon protégeait la tête; il était surmonté d'une chenille noire, blanche pour les trompettes. L'équipement du cheval consistait en une chabraque en peau de mouton que bordait une bande de drap découpée en dents de scie, de la couleur propre au régiment.

 

Ainsi que la plupart des autres armes, les officiers portaient le même uniforme que la troupe, mais taillé dans un drap plus fin et galonné d'or. Apparus aux mauvais jours, les élégants chevau-légers entrèrent dans la légende avec la campagne de Russie, pour finir à Waterloo, mêlés aux cuirassiers dans des charges frénétiques, désespérées et inutiles, au cri de "Vive l'Empereur !".

(extrait de l'uniforme et les armes des soldats du premier Empire vol. I)

 



21/06/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser